DANS LA GUERRE CONTRE LES ÉTOILES : LE QUÉBEC CONTRE ATTAQUE !

Le Québec va-t-il perdre sa réputation d’être l’un des endroits les plus contaminés par la pollution lumineuse au monde? Un peu partout au Québec, des mesures sont prises pour protéger le ciel nocturne. Ces actions vont de l’établissement d’une réserve de ciel noir au mont Mégantic, en passant par la volonté ferme de réduire la pollution lumineuse affichée par les villes de Sherbrooke, Montréal et Québec. De dernier de classe, l’image du Québec se transforme rapidement en celle de meneur dans le domaine de la lutte à la pollution lumineuse. Les détails de cette lutte à la pollution lumineuse sont présentés par l'astrophysicien Yvan Dutil dans le cadre du congrès annuel de la Société canadienne d'astronomie (CASCA) qui a lieu a l'Université de Montréal du 14 au 17 mai 2005.

Le Québec est un des endroits où la pollution lumineuse fait le plus de ravage. À l’hiver 1997, des observations satellites indiquaient que Montréal envoyait autant de lumière vers le ciel que New York, Québec autant que Paris. Même en tenant compte de la réflexion sur la neige, il faut tout de même que chaque québécois émette deux à trois fois plus de lumière qu’américain ou un européen pour arriver à de tels résultats.

Dans ces conditions, la création d’une réserve de ciel noir au Mont Mégantic représente un pas décisif. Ce projet mené par l’Astrolab, le Parc du Mont Mégantic, la SÉPAQ et l’Observatoire du Mont Mégantic a pour objectif de réduire la pollution lumineuse de moitié d’ici 2006. Cette idée a d’abord germée dans l’esprit d’Yvan Dutil, il y a une douzaine d’année. « À l’époque, je revenais d’un stage à Hawaii où le ciel est très noir. Choqué par la situation au Québec, j’ai proposé que l’on instaure une réserve de ciel noir à Mégantic», se rappelle le chercheur, travaillant maintenant chez ABB. Que le projet se concrétise, après des années d’effort, réjouit l’astrophysicien.

Pour se faire, dans les MRC du Granit et du Haut Saint-François ainsi qu’à la ville de Sherbrooke, un règlement régira les systèmes d’éclairage ce qui permettra de réduire la croissance de la pollution lumineuse. Toutefois, l’objectif réel est beaucoup plus ambitieux : financer le remplacement tous les systèmes d’éclairages dans un rayon de 25 km de l’observatoire. Ce remplacement permettra de réduire la consommation d’énergie de 40% et la production de pollution lumineuse de plus de 80%. Il s’agit là d’une des actions les plus agressives jamais prise afin de réduire la pollution lumineuse.

Fait à noter, l’évolution de pollution lumineuse sera étudiée par un instrument développé par le groupe de recherche et d'applications en physique au Collège de Sherbrooke (GRAPHYCS). Cet instrument et le modèle mathématique permettant d’analyser ses mesures sont parmi les plus avancés au monde. Ils permettront de documenter en détail l’impact des mesures mise en place.

Ailleurs au Québec, la situation progresse rapidement. Suite aux efforts du Comité Ciel Noir de la Fédération des Astronomes amateurs de Québec, la réduction de la pollution lumineuse fait désormais partie des préoccupations de la ville de Montréal et de Québec. Au-delà de la protection du ciel nocturne, ce sont les économies d’énergie, la sécurité routière et l’amélioration de l’ambiance nocturne qui motivent ces municipalités. D’ailleurs, la ville de Québec expérimentera bientôt un système d’éclairage adaptatif, qui permettra de moduler le niveau d’éclairage en fonction des besoins et de l’heure de la nuit.

Déjà, les succès québécois font des jaloux ailleurs dans le monde. Avec un peu d’effort dans quelques années, tous les Québécois bénéficieront d’un éclairage plus économique et sécuritaire, avec des étoiles en prime!

Pour plus d’information sur la pollution lumineuse au Québec, contactez :

Yvan Dutil
Tél: (418) 877-2944 p.226
Courriel: Yvan.Dutil@sympatico.ca

Pour des informations spécifiques sur la réserve de ciel noir du mont Mégantic, contactez :

Chloé Legris
AstroLab du mont Mégantic
Chargée de projet
Tél: (819) 888-2941 #228
Courriel: pollution.lumineuse@astrolab.qc.ca